non communiquée
Jeudi 20
Juillet
 
A faire | Randos de l'été | La source de Velleminfroy | Patrimoine bâti | A DECOUVRIR |
La commanderie


La Commanderie de l’Ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

de La Villedieu en Fontenette

 

 

 

Fontenette est le nom ancien du village. C’est un diminutif de fontaine, au sens de source.

Lorsque les Hospitaliers s’y installèrent, ils lui donnèrent le nom qu’ils avaient coutume d’attribuer à leurs établissements : Villa Dei. La Villedieu appartenait en effet à la Commanderie de l’Ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, où ils fondèrent un hôpital vers 1186 .

 

De ce passé subsistent les bâtiments de la Commanderie, un quadrilatère imposant, dont certains éléments datent des XIIè et XIVè siècles, mais dont l’ensemble date des XVIè et XVIIè siècles. Sur une clé de voûte figure l’écu du Commandeur Guy de Mandres, chevalier de Malte et Commandeur de Montseugny, décédé en 1627. D’après la tradition locale, le village, qui se trouvait plus au sud, aurait été détruit au XVè siècle.

 

La Villedieu fut également un lieu de pèlerinage. On venait y vénérer les reliques de Saint-Germain d’Auxerre.

 

La mission des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem :

Entre 1130 et 1160, l’ordre des hospitaliers adopte le modèle des Templiers et se transforme en ordre militaire. La même mission première est de protéger et d’encadrer les pèlerins sur les routes menant à Jérusalem et au Jourdain ; mais la différence du Temple, fondé exclusivement comme ordre militaire, les hospitaliers conservent leur mission charitable, dont l’hôpital de Jérusalem devient le symbole. L’hôpital est un vaste ensemble où les chevaliers et les sergents de l’Ordre ont leur dortoir. Onze salles sont occupées par les pèlerins.

 

 

Organisation de l’Ordre des Hospitaliers :

Les membre de l’ordre sont répartis, de façon constante, en trois catégories : chevaliers, sergent, prêtre – auxquelles s’ajoutent des frères de métiers, des donats et confrères, et des sœurs (car il existe des couvents féminins).

Relevons l’adoption, au cours du XIIIè siècle du manteau rouge avec la croix blanche comme habit de guerre pour les chevaliers ; mais le manteau noir avec la même croix blanche reste l’habit normal du frère hospitalier.

L’ordre est dirigé par un maître, désigné par le chapitre général ; le « gouvernement « est constitué par sept, puis huit dignitaires (maréchal, grand commandeur, drapier, hospitalier notamment) choisis chacun dans l’une des sept « langues », puis huit « langues » de l’Ordre : France, Auvergne (dont dépendait la Commanderie de La Villedieu en Fontenette), Provence, Angleterre, Allemagne, Italie et Espagne ; cette dernière fut scindée en deux en 1462. Aragon-Navarre d’un côté et Castille-Portugal de l’autre.

 

La structure de base est la Commanderie, constituée de maisons ; l’une d’elles est appelée baillie parce qu’elle est la maison du chef lieu, tandis que les autres sont des « membres ». Ces maisons sont à la tête de domaines, des exploitations agricoles le plus souvent , dont une part des revenus, les « responsiones », est prélevée pour satisfaire aux besoins des hospitaliers sur le « front », en Terre sainte, en Espagne, puis à Rhodes.

 

Bibliographie :           Dictionnaire des communes (SALSA)

                                   Le Monde de la Bible Histoire – Art - Archéologie


 
 
Copyright © 2011 Syndicat d'initiative du PAYS DE SAULX - Tous droits réservés Réalisation Torop.Net
Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net - Plan du site

Diaporama du Pays de Saulx Syndicat d'Initiative du Pays de Saulx